Partenaires

CNRS INRA
SupAgro UM


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Membres > Doctorants, Post-Doctorants > Vaissière Anne-Charlotte > Vaissière Anne-Charlotte

Vaissière Anne-Charlotte

Ce post-doctorat est cofinancé par le LabEx CeMEB et la société Biotope (bureau d’étude en écologie). Il se compose de deux axes :

Axe 1. Conséquences des différentes organisations dédiées à la compensation écologique sur l’efficacité de la compensation écologique

Mon projet proposait d’avoir recours à la modélisation pour comparer les résultats de la mise en œuvre de la compensation écologique selon différentes organisations. Pour ce faire, j’ai l’opportunité d’être intégrée au projet de recherche ESNET (futur des réseaux de services écosystémiques dans la région urbaine de Grenoble) financé par l’ONEMA et le projet OPERAs (FP7) en collaboration, avec le Laboratoire d’Écologie Alpine (LECA–CNRS) de l’Université de Savoie. Le scénario de développement urbain développé dans ESNET génère des impacts sur les milieux naturels mais n’envisage pas leur compensation. Je contribue à ce projet en modélisant différents scénarios de compensation écologique qui combinent deux critères afin d’évaluer leurs effets sur l’occupation du sol et sur l’efficacité de la compensation écologique. Le premier critère est le type d’organisation utilisé (hiérarchique avec une compensation ad hoc, et hybride avec une compensation anticipée et mutualisée similaire aux banques de compensation américaines). Le deuxième critère comporte deux paradigmes écologiques pour le dimensionnement des mesures de compensation : compenser la même surface que celle impactée ou alors compenser la même qualité et quantité de fonctions écologiques que celles perdues à l’endroit impacté. Mes scénarios correspondent aux différentes approches de la compensation écologique qui existent en France, des plus anciennes à celles récemment institutionnalisées. J’utilise les systèmes d’information géographique et j’ai été conseillée pour la composante informatique (langages R et SQL) permettant la répétition des simulations d’affectation des mesures compensatoires sur le territoire selon les scénarios de compensation. Pour calibrer les indicateurs de la valeur écologique des parcelles, j’ai travaillé avec un écologue et un agronome. Mon approche permet d’envisager les évolutions possibles d’un territoire selon des scénarios en étudiant la faisabilité de la compensation écologique de ses projets en amont à une échelle territoriale pertinente (échelle des plans et programmes), et non plus dans l’urgence en fin de leur conception (échelle du projet). Les parties prenantes du territoire peuvent alors participer à la construction des scénarios de développement et de compensation. Lorsque le territoire ne peut pas supporter la mise en œuvre de la compensation, les projets devraient être reconsidérés. Les résultats ont été valorisés dans la revue Sciences Eaux & Territoires (Vaissière et al. 2016) et ils feront aussi l’objet d’une publication dans une revue internationale.

Axe 2. Acceptabilité des acteurs pour la spécificité des contrats de mesures compensatoires écologiques

Les mesures compensatoires nécessitent de mettre en place des pratiques adaptées à la nature qui ne sont pas toujours en adéquation avec les pratiques des acteurs. Je questionne ici les caractéristiques des contrats de mesures compensatoires susceptibles de favoriser ou non leur adoption. Le monde agricole est un objet adapté à ma question de recherche puisque la compensation écologique s’y développe mais fait l’objet d’une controverse. J’ai réussi à convaincre les Chambres d’Agriculture de Picardie de soutenir mon travail. Les caractéristiques des contrats que nous avons retenues lors de focus groups (ou groupes de discussion) avec les Chambres d’Agriculture sont : le cahier des charges de la mesure, la rémunération, la durée et un bonus monétaire innovant portant sur le respect de conditions écologiques supplémentaires à l’échelle de l’exploitation. Ce bonus correspond à la mise en place des mesures d’un seul tenant ou selon un maillage écologique restructurant l’exploitation agricole adapté à la faune et la flore locales. J’ai travaillé avec des écologues pour écrire les cahiers des charges des mesures compensatoires et du bonus écologique. L’objectif est d’analyser l’adéquation entre les contrats que les agriculteurs sont prêts à signer et ceux qui correspondent à des mesures compensatoires. Mon approche reste ancrée dans le champ de l’économie écologique mais je mobilise une méthode micro-économique, l’expérience des choix. Après avoir mené une enquête auprès des agriculteurs, j’analyse les résultats avec des modèles économétriques. Je travaille en collaboration avec le Laboratoire d’Économie Forestière (LEF) de l’INRA de Nancy qui s’intéresse à cette méthode. Dans un effort de pédagogie, j’ai réalisé des vidéos comportant des animations ludiques accompagnées d’une narration permettant d’éviter la lecture de longs textes qui est souvent responsable d’une mauvaise compréhension voire d’un abandon de l’enquête. Je montre que les agriculteurs sont pour la plupart réticents à ces mesures et seuls certains sont prêts à s’engager. Par ordre d’importance décroissante, les agriculteurs préfèrent des contrats aux contraintes limitées, comportant un bonus individuel, de durée courte et bien rémunérés. Ces caractéristiques de durée et de degré de contrainte des mesures correspondent à des compensations d’impacts temporaires de milieux naturels dégradés et ne pourraient pas être adaptées à la compensation d’impacts définitifs sur des milieux naturels en bon état. Ces résultats seront bientôt valorisés dans un article en cours de préparation, il met en avant la méthode économique de l’expérience des choix appliquée à ce sujet original. Un deuxième article développera davantage l’aspect efficacité écologique et intégration des mesures compensatoires dans le contexte agricole du territoire d’étude, en collaboration avec Mikołaj Czajkowski (Université de Varsovie, Pologne) qui se spécialise sur l’utilisation de l’approche cartographique dans les expériences des choix. J’ai présenté une vulgarisation scientifique de mes résultats lors d’un colloque organisé par la Chambre d’Agriculture de l’Oise en décembre 2016.

Question de recherche complémentaire

En parallèle de ces deux axes, j’ai valorisé une réflexion sur le rapprochement du concept de compensation écologique et de celui des services écosystémiques qui est encouragé par les acteurs internationaux. En collaboration avec des chercheurs du CEFE, de l’Université d’Avignon, et d’AMURE, nous montrons que localiser les compensations à des endroits qui maximisent la fourniture de services écosystémiques pour les populations qui subissent des pertes de services écosystémiques peut améliorer l’effectivité de la compensation écologique (Jacob et al. 2016). Cependant, cela nécessite d’intégrer, et non substituer, l’approche des services écosystémiques à la compensation écologique afin de maintenir les objectifs de conservation de la biodiversité.

Valorisation scientifique du post-doctorat

Articles dans des revues à comité de lecture

Jacob* C., Vaissière* A.C., Bas A., Calvet C. (2016). Investigating the inclusion of ecosystem services in biodiversity offsetting, Ecosystem Services 21 : 92–102. doi:10.1016/j.ecoser.2016.07.010

Vaissière A.C., Bierry A., Quétier F. (2016). Mieux compenser les impacts sur les zones humides : modélisation de différentes approches dans la région de Grenoble. Sciences Eaux & Territoires 21 : 14–19.

Vaissière, A.C., Roussel, S., Tardieu, L., Quétier, F., en préparation. Farmers’ preferences on implementing biodiversity offsets on arable lands : A choice experiment study.

Vaissière, A.C., Berry, A., Quétier, F., en préparation. A cartographic and expert approach to model biodiversity offsetting of impacts caused by territorial development.

* Contribution équivalente à l’article

Chapitres d’ouvrages et publications non académiques

Vaissière A.C., Quétier F., Levrel H. (à paraître en 2017). « Le nouveau dispositif des sites naturels de compensation : est-ce trop tôt ? » in Cans, C., Cizel, O., (dir.) La loi biodiversité. Ce qui change en pratique, Éditions Législatives.

Quétier F., Malapert A., Vaissière A.C. (2016). « Evidence of the costs of offsetting in France », in Tucker G.M., Dickie I., McNeil D., Rayment M., ten Brink P., Underwood E. Supporting the Elaboration of the Impact Assessment for a Future EU Initiative on No Net Loss of Biodiversity and Ecosystem Services. Report to the European Commission. Institute for European Environmental Policy, London, pp 364–370.

Communications orales en conférences et séminaires

Vaissière A.C. (2017). « Biodiversity offsets on agricultural lands ? Preferences of farmers from Picardy using the choice experiment method », Séminaire du LAMETA, 6 janvier 2017, Montpellier, France.

Vaissière A.C. (2016). « La compensation écologique sur les terres agricoles ? Perceptions des agriculteurs picards », Colloque de réflexion sur la séquence ERC, quelles réponses des territoires, Chambre d’Agriculture de l’Oise, 6 Décembre 2016, Compiègne, France.

Vaissière A.C. (2016). « La compensation écologique sur les terres agricoles ? Les préférences des agriculteurs picards par l’expérience des choix », Séminaire du LEF, 1er décembre 2016, Nancy, France.

Vaissière A.C. (2016). « De l’inclusion d’une approche par services écosystémiques dans la compensation écologique », Séminaire AMURE, 3 novembre 2016, Plouzané, France.

Vaissière A.C., Tardieu L., Quétier F., Roussel S. (2016). « Farmers’ preferences on implementing biodiversity offsets on arable lands : A choice experiment study », 3rd French Association of Environmental and Resources Economics (FAERE) Annual Conference, 8–9 Septembre 2016, Bordeaux, France.

Vaissière A.C. (2016). « Approche cartographique et experte de la compensation écologique du développement territorial, Atelier sur l’évaluation environnementale dans l’espace : territoire, planification et articulation des échelles », Premier séminaire national d’AgroParisTech sur les démarches d’évaluation environnementale « L’évaluation environnementale au-delà des procédures – Regards croisés sur les démarches de prise en compte de l’environnement pour améliorer la qualité des projets et des décisions », 5–6 Septembre 2016, Paris, France.

Jacob* C., Vaissière* A.C., Bas A., Calvet C. (2016). « Investigating the inclusion of ecosystem services in biodiversity offsetting », EcoSummit 2016 - Ecological Sustainability : Engineering Change, 29 Août – 1 Septembre 2016, Montpellier, France.

Vaissière A.C., Tardieu L., Quétier F., Roussel S. (2016). « Farmers’ preferences on implementing biodiversity offsets on arable lands », EcoSummit 2016 - Ecological Sustainability : Engineering Change, 29 Août – 1er Septembre 2016, Montpellier, France.

Vaissière A.C., Bas A., Calvet C., Jacob C. (2015). « Compensation écologique : apports et limites de l’approche par les services écosystémiques ? », Journée scientifique du LabEx CeMEB : « Services Ecosystémiques et Sociétés Humaines », 5 mars 2015, Montpellier, France.

Vaissière A.C. (2015). « La compensation écologique : performances environnementales et efficience économique d’une politique publique émergente », Séminaire « Equivalence écologique dans la compensation », Museum National d’Histoire Naturelle, 9 février 2015, Paris, France.

* Contribution équivalente

Documents audiovisuels

Vidéos créées dans le cadre de l’enquête sur la compensation écologique sur les terres agricoles en région Picardie.

Vidéo sur le principe de compensation écologique : https://youtu.be/7rXahUmFpM8

Vidéo de présentation de l’enquête et du jeu interactif : https://youtu.be/BRLKNW-84zo

[Modifier l'Article]